LA MOISSON : Où en sommes-nous ?

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Ça commence fort !

Les cultures présentaient à la fin juin un bon potentiel de rendement, légèrement supérieur à la moyenne quinquennale.

Escourgeons

Sur le département de l’Aisne, on note 75 à 100 quintaux en moyenne. Malgré la chaleur de ces derniers jours, les escourgeons n’ont quasiment pas été touchés. En effet, les conditions climatiques se sont dégradées après maturité de la plante, ce qui n’a pas eu de conséquence directe sur le rendement.

A ce jour, au moins 90% de la récolte a été faite. Reste quelques hectares en Thiérache même si les travaux sont bien entamés. 

Autres cultures à venir

La moitié sud (en dessous de la vallée de la Serre et de l’Oise) a été très peu arrosée au cours du mois de juin, alors que le nord du département a bénéficié de passages pluvieux plus ou moins abondants. Ainsi, on peut imaginer que les rendements seront proportionnels aux pluies.

Les températures caniculaires du 20 au 26 juin vont sans doute marquer la différence entre les deux régions.

Les pois et féveroles qui étaient en pleine floraison ont été stoppés dans leur élan par des températures supérieures à 30° ce qui va probablement pénaliser les rendements de cultures pourtant prometteuses.

Les colzas, comme les escourgeons, ne devraient pas avoir été trop affectés par la sécheresse et la chaleur. La floraison était terminée et les siliques déjà bien remplies au moment de ces fortes chaleurs.

Les orges de printemps, dans le sud du département, ont souffert du manque d’eau : le rendement et la qualité ne seront peut être pas au rendez-vous.

La maturité des blés a été accélérée par ces périodes chaudes et également par l’absence de pluie, en particulier dans la partie sud du département. Les secteurs, qui ont bénéficié de pluies pendant cette période, devraient connaître de bons résultats (quantitatifs et qualitatifs). Dans les secteurs précoces (Tardenois, Vallée de l’Aisne, Laonnois,) le manque d’eau sera peut-être plus marquant que dans les autres régions : les premières récoltes de blé ont démarré cette semaine ! L’aspect qualitatif de la récolte restera néanmoins une préoccupation de cette moisson.

Les premières floraisons de maïs sont en cours. Les pluies seront donc les bienvenues dans les prochains jours pour cette culture qui a particulièrement besoin d’eau pendant cette période cruciale.

Les légumes d’industries et les pommes de terre ont eu besoin des irrigations répétées et ô combien nécessaires. Les récoltes sont en général bien suivies mais le rythme d’irrigation reste intensif par nécessité.

Les fourrages attendent avec impatience la pluie : les animaux cherchent l’herbe verte. En effet, la repousse de l’herbe est difficile. La rotation sur les prairies est de ce fait rapide.

Mais c’est à l’aune du contenu des bennes que l’on pourra évaluer la récolte 2015.

 

 

événements

  • {0} - {1}