Lait : Construire un esprit de filière

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Construire un esprit de filière

Le prix du lait aux producteurs est inférieur au prix du lait de marché. Le constat est sans appel !

La négociation annuelle des marchés entre fournisseurs, industriels de produits laitiers et distributeurs, qui se fait toujours sous haute tension, devrait toucher à sa fin.

Lors de ces négociations, la FNPL demande un prix rémunérateur pour garantir l’avenir mais aussi un prix rémunérateur qui tient compte des indicateurs  du marché indiqué dans les contrats entre le producteur et l’industriel. Les contrats doivent être respectés.  Le prix au producteur ne peut pas être la seule variable d’ajustement.

La FNPL demande aux consommateurs de tenir compte de la volatilité des  cours. En effet, la prise en compte de l’évolution des matières premières doit être actée par les enseignes car elle doit avoir une incidence sur le prix du produit en rayon.

 

Quant au pouvoir public qui joue les « vierges effarouchées » en déplorant ces tensions, paralysé par la situation économique atone et le chômage de masse, ne fait qu’aggraver la situation en autorisant toujours plus de grande surface alors que les estomacs sont « pleins ».

Depuis un an,  la FNPL et le SDPL  dénoncent le dysfonctionnement du marché intérieur des produits laitiers et ne cessent de montrer la gravité de la situation (trésorerie, investissement, découragement des éleveurs…) dans les élevages laitiers aux différents politiques. Il a été obtenu dans le projet de loi Hamon, adopté définitivement une obligation de renégociation entre les parties du contrat à partir du moment où certains indicateurs pertinents se déclenchent.

La FNPL s’est invitée dans les « box » de négociations des enseignes de la distribution pour demander à chacun d’être responsable et transparent sur le prix.

Les négociateurs semblent avoir intégré l’objectif de valorisation de la matière première laitière dans les discussions. La FNPL estime que la revendication d’un prix moyen sur l’année 2014 à 38 centimes d’euro le litre, au regard des tendances positives du marché, est atteignable.

Il est tout de même annoncé une embellie sur les marchés européens et mondiaux. Les producteurs européens attendent légitimement une revalorisation substantielle de leurs prix. Il faut retrouver la confiance des acteurs et construire ensemble une vraie filière lait.

                                                                  Didier Halleux Président du SDPL

événements

  • {0} - {1}